Allez au contenu Allez à la navigation Allez rechercher

Note express   |

Le mot "grandiose" commence par "grandit" et termine par "ose" - Happy Feet

Ma peur et moi

mardi 2 février 2010 par Malira

Il me semble en avoir déjà parlé sur ce blog: ma peur.
Je suis une vraie trouillarde! Pas trouillarde dans le sens « je ne veux pas me mouiller », trouillarde dans le sens où ce que je vois me reste en tête, notamment (principalement) les films d’horreurs…

J’ai toujours eu peur. J’ai des souvenirs de moi enfant, passant la plus grosse partie de mes nuits assise sur mon lit, lumière allumée, surveillant ma chambre de peur qu’un extraterrestre/un clown (rapport au film « Il est revenu »)/un gremlins ou je ne sais pas quoi d’autre vienne me bouffer…
Puis j’ai grandit, et je suis tombée dans la période Screem, Hurban Legend et autres films avec des sérials killer tuant les gens sans vraies raisons, mais toujours de façon bien glauque… Du coup j’avais peur des sérials killers… J’allais voir le film, sachant pertinemment que 2 nuits blanches suivraient, où je me réveillerais en sueurs dans mon lit, rêvant d’une scène du film…

Aujourd’hui, si j’aime avoir peur physiquement (manège à grosses sensations, sauts en élastiques etc..) je n’aime toujours pas avoir de la vraie peur, celle où je ne me sens pas en sécurité… Fais moi sursauter volontairement et c’est un coup à t’en prendre une. J’évite d’ailleurs encore de regarder des films d’horreur, surtout ceux touchant au surnaturel qui pour moi ont peut-être une part de vérité, mais également parce que je déteste sursauter, avoir le cœur qui s’arrête lorsque le tueur ou « la chose » surgit à grand renfort de musique qui éclate les tympans.
Du coup j’en suis presque frustrée car j’ai malgré tout envie de voir les films à sensations dont tout le monde parle, comme récemment Paranormal Activity ou Rec 2… Mais je sais pertinemment que si je vais voir ça je serais en trouille complète dans mon lit, revoyant en boucle les images du film, scrutant le moindre bruit, sachant tout de même que ce n’est qu’une nuit comme les autres…

Suis-je normale docteur…?

Image du film « The ring », trouvée sur le blog de skateforever666

Parlons Ca$h!

mercredi 25 novembre 2009 par Malira

Pourquoi notre société, notre morale fait-elle que nous avons du mal à parler d’argent…?

Personnellement ça ne me gêne pas de parler d’argent avec mes parents, mes beaux-parents (en même temps mon beau-père est également mon banquier…), ni avec ma famille en général… Au boulot je ne suis pas gênée si on me demande à quel échelon je suis et je le donne sans soucis, mais visiblement ce n’est pas la même chose pour tout le monde…
Savoir ce que les gens gagnent, combien ils payent leur loyer ou leur empreint immobilier (oui je parle beaucoup de ça en ce moment..!), combien ils arrivent à mettre de côté etc… Certes ça ne regarde pas forcement les autres, mais je trouve que c’est bien aussi de pouvoir faire des comparaisons, de pouvoir se référencer aux autres et voir si nous sommes lésés ou avantagés, trop dépensiers, conscient de la valeur d’un bien ou pas. Bref, moi je trouve ça bien de pouvoir parler d’argent!
C’est d’ailleurs en parlant de sa paye avec d’autres personnes faisant le même boulot que lui que ChRiiS s’est rendu compte qu’il était largement sous-payé…

Bon, je n’irai pas non plus parler de mon salaire et de mon épargne au premier venu, ni sur ce blog par exemple, mais quelqu’un que je fréquente régulièrement ou en qui j’ai confiance, je n’ai pas de soucis!

Et vous, vous êtes coincés quand on parle d’argent ou ça ne vous gêne pas??

Image trouvée sur reparation-iphone.com

Parce que.

vendredi 16 octobre 2009 par Malira

Je ne suis pas très sérieuse en ce moment avec mon blog d’amour… Je le sais et je le regrette bien…

Mais vas te lever 4 jours de suite à 4h du matin pour aller bosser, en se couchant à 23h/00h, en montant à cheval l’après-midi, allant faire des courses ou 3h de repassage puis te mettre sur l’ordinateur après 2h de sieste qui t’achèvent plus qu’autre chose, pour réussir à écrire quelque chose de:

  • Compréhensible pour commencer
  • Intéressant (c’est pas mal non plus)
  • Si possible avec un peu d’humour
  • Et qui en plus apporte quelque chose à mes lecteurs

Ben non, je peux pas…
Alors j’avais commencé à écrire un truc sur ma vente-privée Comptoir des cotonniers où je suis arrivée 1h après le début des ventes et où tout avait été déjà dévalisé (j’ai pas de bol avec ces foutues ventes privées!) mais c’était naz donc j’ai viré.
Puis je voulais te parler de mon petit passage chez le coiffeur, mais en même temps j’ai juste refait mes racines donc franchement tout le monde s’en fout….

Donc je me suis dis « c’est ton blog, t’as qu’à te plaindre », alors voila, je me plaint…
Déjà parce que franchement ça caille!! Et que de rallumer le chauffage et bien ça veut dire que là c’est foutu, les jours vont continuer à se raccourcir et que j’aurais les pieds froids tout le temps et que je vais devoir remettre de la crème sur mes mains pourries trois fois par jours pour éviter qu’elles craquent. Et que je ne pourrais plus laisser les fenêtres ouvertes en permanence pour aérer et profiter de l’air chaud de l’extérieur…

Et puis c’est tout en fait.

J’avais juste envie de râler :D

PS: Cet article ne comprend aucun des critères nommés ce dessus, mais c’est juste pour vous encourager à râler un peu vous aussi…

Allo les urgences?

jeudi 1 octobre 2009 par Malira

Non non ne vous inquiétez pas, je n’ai pas fait un petit tour aux urgence ni personne d’autres d’ailleurs…
C’est juste qu’un soir, avant de m’endormir alors que je partais bosser à 5h du matin le lendemain, je me suis demandée combien de temps ça prendrais pour que ChRiiS soit prévenu s’il m’arrivait un accident sur la route. Et bien d’après mon cheminement de pensée (il était quand même un peu tard…), il aurait été prévenu beaucoup trop tard à mon gout!!

Je me suis donc souvenu avoir entendu parler une ou deux fois d’un contact à entrer dans son téléphone portable pour que les pompiers, urgenciers ou autres puissent appeler ce « contact d’urgence ». J’ai donc cherché sur Internet et il se trouve effectivement qu’un e-mail circulait, où il était proposé que tout le monde crée une adresse dans son portable avec le nom « ICE » (pour: In Case of Emergency) avec le numéro de téléphone de la personne à contacter.

Seulement, plusieurs problèmes se posent avec cette technique:

  • Le gouvernement n’a jamais fait cette proposition, et aucun texte ne la mentionne, ce ne sont que des cas isolés. Donc les pompiers, urgenciers ou autres n’étant pas forcement au courant de cette histoire n’iront pas fouiller le téléphone portable
  • Si le téléphone portable est éteint ou bousillé après « l’accident », pas possible de trouver ce numéro
  • ICE n’est pas super parlant en Français… Au mieux on pense à de la glace…
  • Ce que cherchent en premier les équipes de secours ce n’est pas le téléphone portable mais le porte-feuille pour trouver l’identité de la victime, son groupe sanguin et éventuellement sa carte de donneur

C’est pourquoi j’ai abandonné l’idée du numéro dans le téléphone portable et j’ai tout bêtement remplie un petit papier où j’ai inscrit le numéro de ChRiiS, de mes parents, de ma marraine (qui habite près de chez moi) et de mes beaux-parents, que j’ai mis avec mes papiers d’identité! Si avec ça ils arrivent à contacter personne c’est que je n’ai pas de bol!!
J’ai aussi précisé (malgré que j’ai déjà la carte) que j’étais donneuse d’organes… Ou du moins si je suis morte je veux bien les donner!

Moins d’inquiétude donc, et si j’ai fais ce petit post aujourd’hui c’est pour éventuellement que vous pensiez à le faire également ou que vous me donniez votre technique si vous en avez une autre ;)

Photo de Val différence

Dans les toilettes des hommes…

mardi 25 août 2009 par Malira

Et oui, bien souvent on se demande (ne faite pas les innocentes!) à quoi peuvent ressembler les toilettes des hommes dans les lieux publics, ce qu’elles peuvent bien avoir de différent avec les nôtres.
Et bien je vais vous le dire…

Dans mon cinéma, les toilettes des femmes ont été fermées (je ne sais pas pourquoi d’ailleurs) et donc les toilettes des monsieurs ont été réquisitionnées pour nous les femmes et ils ont été prié d’aller faire leurs besoins à l’autre bout du cinéma! D’ailleurs je n’ai vu qu’après que les toilettes hommes étaient réservées aux dames, donc c’est non sans un peu d’appréhension que je m’y suis rendue (les 2h30 de film qui suivait obligent).
Premier constat: il n’y a pas d’hommes, que des femmes, ouf!

Regard circulaire vers les cabines de WC, tout semble normal… Cependant je ne vois pas de pissotières… Elles sont peut-être derrière les cabines, je n’irais pas vérifier.
Je vais donc faire ma petite affaire et je me rend compte avant même de me déshabiller qu’un gros trou placé derrière moi et à 2 mètres du sol est fait dans le mur… hum… Bon, pas de caméra visible (je suis un brin parano), je me déshabille donc et fait pipi la tête tournée de l’autre côté pour ne pas me faire avoir! Même pas une seule goutte à côté, je suis assez fière de moi :D

Ce n’est qu’en ressortant des toilettes et une fois placée devant les lavabos que le premier détail tique: il n’y a pas de miroir! Alors, je veux bien que les mecs ne soient pas tous narcissique comme l’on peut l’être, mais quand même! Ils ne vérifient jamais d’avoir un truc entre les dents, que leur gel soit bien mit, que leur tee-shirt leur aille bien ou que la transpiration ne marque pas trop??
Bon, pas de miroir, je veux bien…

Mais une fois les mains mouillées arrive le deuxième constat: il n’y a pas de savon! Même pas de distributeurs! Et pas non plus de sèche mains!
Donc les mecs se lavent les mains à l’eau (s’il le font…) et puis c’est tout.

Hormis ça, elles ne sont pas plus glauque que les nôtres, de toute façon depuis que j’ai vu Scary Movie je ne sais plus combien, je ne suis jamais vraiment rassurée dans les toilettes des cinémas!

Et pour finir, je vous conseil d’aller faire un petit tour sur la sélection de ce blog: Funimages. Il y a tout un tas de panneaux un peu bizarres, dont certains m’ont bien fait rire! :)

Frustrée

lundi 11 mai 2009 par Malira

Il m’est arrivé un événement il y a quelques temps de ça qui m’a poussé à réfléchir sur le sens de la frustration. Du coup je me suis dis que j’allais disserter là dessus avec vous :p

Tout d’abord, qu’est-ce que la frustration?
Voici la définition donnée par Wikipedia:
La frustration est un état mental d’insatisfaction caractérisé par un déséquilibre entre un désir ou une attente et sa réalisation du fait qu’il n’est pas (encore) réalisé.

Donc la frustration est le fait de vouloir quelque chose sans pouvoir le posséder.
Mais il y a plusieurs degrés de frustration. Par exemple, j’aimerais changer de télé. La notre est un écran cathodique qui a quelques années maintenant, et même si l’image est très jolie et l’écran suffisamment grand pour qu’on y voit très bien les images et sous-titrages assis sur notre canapé, les prises péritels commencent à faiblir et nous sommes obligés de nous relever régulièrement pour gigoter la péritel afin de recevoir une image en bon état.
Mais pourtant, elle me plait bien ma télé et le fait d’acheter un écran LCD, même si ça me ferait plaisir et que je verrais probablement une différence entre les deux, ne fait pas de moi quelqu’un de frustré par sa télé. Du moment qu’elle marche, ça me va…

Alors, à partir de quel moment la frustration est assez intense pour que le fait d’obtenir ce que l’on désir puisse nous faire extrêmement plaisir?

Je pense que tout d’abord, cela dépend de ce que l’on veut. Une bague de fiançailles déclenchera chez certaines des larmes de joie et un bonheur intense, mais chez d’autres personnes pour qui le mariage n’est pas si important que ça, la joie sera moindre… Cela dépend aussi du degrés de possibilité d’accéder à notre désir. Je rêve de gagner à Euromillion, mais malheureusement, même en jouant chaque semaine toute ma vie, les statistiques font que j’ai une infime chance de toucher une grosse somme un jour (sans parler du jackpot!). Mais je suis à peu près sûre que cela me remplira de joie et me rendra la vie beaucoup plus facile (on a beau dire que l’argent ne fait pas le bonheur, je suis sûre qu’il fera le mien!).
Mais la frustration peut, à mon avis, décevoir aussi au final. D’attendre une chose pendant très longtemps, en rêver, être persuadé qu’une fois que cette chose sera entre nos mains notre vie sera belle et que notre existence en sera complètement changée, peut aussi jouer de drôles de tours! Si cette chose ne se révèle pas être à la hauteur de notre attente, si ça ne se passe pas aussi bien que prévu ou bien si elle ne se révèle pas aussi utile qu’on le pensais depuis si longtemps, il y a de quoi être complètement triste, dégoutée ou même furieux…

L’attente est longue, l’attente est dur, le rêve est omniprésent dans nos pensées, mais une part de doute existe… La chose dont je parle est une lourde responsabilité, il se peut que tout ne soit pas rose le jour J (et ceux d’après) mais cela ne m’empêche pas d’attendre, de continuer à y penser en espérant que ce jour puisse arriver vite et dans de bonnes conditions pour tout le monde. Et c’est belle et bien le fait que je ne puisse accéder à ce rêve dès aujourd’hui qui fait de moi une personne frustrée mais en attente, car ce rêve n’est pas inaccessible et je n’ai plus qu’à continuer d’attendre…

Fumeur ou non-fumeur?

jeudi 23 avril 2009 par Malira

Depuis que la loi Évin a été mise réellement en application, j’ai de plus en plus l’impression que nous sommes classés dans 2 catégories: les fumeurs et les non-fumeurs.
Je ne parle pas d’une sorte de secte ni même de rivalité entre les deux camps, mais juste d’une distinction qu’on nous oblige de plus en plus à faire.
Du coup cette sélection non-naturelle fait que les non-fumeurs restent généralement entre eux et il en va de même pour les fumeurs.

Par exemple au boulot.
Le seul endroit où tout le monde se croise c’est la machine à café. Ensuite les fumeurs sortent fumer leur clope en même temps qu’ils avalent leur dose de caféine tandis que les non-fumeurs restent entre eux à tourner autour de la machine à café. Donc déjà, en fonction de si tu fumes ou non, tu auras des amis/collègues qui vont au même endroit que toi pour boire leur café. Mais en avoir dans les 2 catégories c’est déjà plus dur…

Pour les sorties entre amis c’est la même chose. Si vous êtes au restant par exemple, tandis que les fumeurs sortent 3 fois dans la soirée pour aller fumer, les autres gardent les sacs et les boissons à l’intérieur et éventuellement commandent les desserts… C’est la même chose si la soirée se passe en boite ou dans un bar.
Si vous allez au cinéma, au musée ou autre, ce sont les non-fumeurs qui entrent pour acheter les billets tandis que les fumeurs terminent leur clope sur le trottoir.

Comme la loi veut qu’on ne fume plus dans tous les lieux public, même dans mon centre équestre qui est en plein air, les fumeurs sont mis à la porte pour satisfaire leur envie de fumer.
Il est loin le temps où mon moniteur fumait sa clope au milieux du manège en même temps qu’il nous donnait ses instructions, où les élèves pouvaient fumer dans les couloirs du lycée, où les présentateurs télé laissaient apparaitre leur fumée de cigarette sans la moindre gêne, où fumer donnait une grâce et un certain statut.
Aujourd’hui un fumeur est catégorisé comme un futur trou dans les caisses de la sécurité sociale.

Ces changements sont-ils bons ou mauvais? Je pense qu’il y a un peu des deux. Mais on se retrouve clairement dans une de ces 2 catégories malgré nous.

Et vous, fumeur ou non-fumeur?

Image par A[HilLe

Ces chansons qui nous parlent

mardi 21 avril 2009 par Malira

Aujourd’hui je vous offre un article que j’aurais pu classer dans une catégorie c’est l’histoire de ma vie, mais comme je ne compte pas vous infliger ça trop souvent non plus ça ne sert à rien que je la crée…

Hier soir, en allant me coucher quelques minutes avant ChRiiS, j’ai mis la radio de mon réveil en marche histoire de profiter de quelques chansons avant de dormir.
Tout se passait bien jusqu’à ce que la radio en question diffuse une chanson de Kyo. Cette même chanson que mes « camarades » de chambre d’internat, lors de mes deux dernières années de lycée, passaient en boucle et sans jamais prendre la peine de me demander mon avis. Genre une comme ça:

Pour vous ressituer le contexte, j’ai rencontré ChRiiS un mois à peine après mon entrée en première L. Le soucis c’est que je voulais faire une première avec l’option audiovisuel et elle ne se trouvait pas dans ma ville. Donc en plus de découvrir un nouveau lycée, j’ai aussi emménagé dans son l’internat. Le lycée se trouvait à Auch, petite ville pommée au milieu du Gers…
J’y ai donc passé 2 ans. Deux ans d’un ennui mortel, d’attente afin de pouvoir enfin rentrer chez moi pour accéder à un pays civilisé et à attendre toutes mes vacances pour pouvoir rejoindre ChRiiS qui habitait à 900km de là…

Je crois que ces 2 années ont été les pires de ma vie… J’étais entourée toute la journée de rugbymen complètement stupides, il n’y avait rien à voir ou à faire dans la ville lors du peu de temps de sortie que l’on nous accordait, à part un Carrefour…
J’avais de bons profs et énormément de temps libre que je passais au CDI pour faire mes devoirs, relire mes cours ou lire des bouquins ce qui m’a valut le statut de « bonne élève » jusqu’à ce que j’ai mon bac du premier coup. J’avais quelques amies dans ma classe mais qui rentraient chez elles dès qu’elles le pouvaient et je les comprenais bien…
Je passais beaucoup de temps seule ou avec des gens « par défaut » que je n’appréciais pas et c’était probablement réciproque… Heureusement, je rentrais chez moi le week-end et le mercredi après-midi et aussi les jours de grèves… Mais ça a été vraiment long, dur d’être si loin de ChRiiS (et de chez moi aussi) tous les soirs sans même un ordinateur pour pouvoir se parler via msn ou autre et se raconter nos journées de merdes… (de toute façon y’a pas le wifi…).

Tout ça pour dire qu’aujourd’hui je ne supporte plus d’entendre les chansons de ce groupe (que je n’aimais déjà pas à l’époque), et que je zape automatiquement dès que je tombe dessus. Je n’aime pas repenser à ces 2 ans, et ce groupe de « chanteur » lui est directement lié du fait que je l’entendais tous les soirs.
Même si d’un autre côté c’est grâce à ces deux années que j’ai pu m’installer avec ChRiiS dans la foulée, si grâce à ça j’ai pu entrer et avoir mon BTS, puis mon boulot actuel puis celui que j’aurais en septembre… C’était une étape à passer que nous avons réussi avec succès mais pour rien au monde je ne retournerais là-bas…

Et vous, des chansons qui vous font penser à de mauvaises choses, vous en avez aussi?

Image de la ville d’Auch par Amelaye

Multi-tâches!

vendredi 6 mars 2009 par Malira

On dit que les femmes sont multi-tâches, qu’elles savent faire 2, voire 3 ou 4 choses en même temps sans se perdre et en réussissant tout!

Malheureusement je dois avoir un côté « mec » car c’est vraiment loin d’être mon cas!
Au mieux je pourrais téléphoner en même temps que je fais des trucs « automatisés » comme décrocher du linge ou en trier, éplucher des patates ou recopier un texte simple. Mais me demander de réfléchir sur un autre truc alors que je parle avec quelqu’un c’est impossible!

Comme mon blog! Je ne peux pas écrire mes articles en même temps qu’on me parle. Je ne peux pas me concentrer à la fois sur ce que j’écris pour que ça ai un sens et en même temps écouter, comprendre et participer à la conversation. Je ne peux pas non plus mettre une musique dont je connais les paroles par cœur, sinon je chante et je ne peux plus écrire…

Alors, est-ce mon côté blonde qui se manifeste par cette « impossibilité cérébrale » de faire plusieurs choses à la fois? Pourquoi les filles sont-elles réputées pour pouvoir le faire alors que chez moi c’est l’inverse! ChRiiS est capable d’aller sur le net et de vider son Netvibes en même temps qu’il regardera à la télé une série en VOST! Et il arrive à tout comprendre des deux côtés sans soucis!
Bon, ben c’est pas grave non plus, je vis avec hein… Mais des fois je me dis que ça pourrait être pratique de pouvoir penser à 2 choses en même temps. Je gagnerais vachement de temps!
Faire mon blog en même temps que je regarde ma série du soir, ça serait un vrai gain de temps par exemple. Ou bien réussir à monter à cheval en même temps que je prévois ma liste des repas de ma semaine mais non… Quand je me concentre sur un truc c’est à 100%.
C’est aussi pour ça que les gens qui téléphonent au volant mon font peur… Surtout quand ils sont juste derrière moi et me collant le plus près possible! C’est aussi pour ça que je téléphone pas en voiture…

Dans tous les cas, c’est peut-être pas plus mal que je ne sois pas capable de faire trop de trucs en même temps, car au moins, je ne risque pas de faire de conneries. Quoi que…

Et vous, multi-tâches ou pas..? [:fou]

Image de Shagadelicbabe

Petite citation

mercredi 28 janvier 2009 par Malira

Pour commencer doucement cette nouvelle semaine, voici une petite citation que j’ai relevé il y a quelques mois et qui est particulièrement vraie pour moi en ce moment.

    « Il n’y a rien de pire que ce moment où on cesse d’avoir envie de grandir pour commencer à redouter de vieillir »

Extrait de Bubble Gum par Lolita Pille

Il est vrai que depuis que je suis petite, je suis très pressée d’être grande, d’être libre, de gagner ma vie et de ne dépendre que de moi même.
Aujourd’hui je le suis enfin, et finalement j’ai juste envie d’hurler « STOP!!! » et d’arrêter de vieillir maintenant, de garder ma jeunesse, ma santé et tout ce qui va avec. C’est triste de vieillir… Enfin, c’est triste mais c’est la vie en même temps. On fait des enfants, qui en feront à leur tour et puis après on attend la retraite (moi je suis pas sûre d’en avoir une un jour vu comme c’est parti mais bon…), le cycle de la vie.

Mais non, je suis bien à 23 ans, même à 22 ou 20 j’étais bien et j’ai pas spécialement envie d’aller plus loin.

« Articles précédents